Le Centenaire d'Annick de Souzenelle

Accueil > Actualités du centenaire
    Filtrer par catégorie :

Pourquoi des ailes ?

Publié le 12 décembre 2022

Pendant le temps de l’Avent, dans la liturgie de l’Église orthodoxe des Gaules, liturgie restaurée par le Père Eugraph Kovalevsky, on entend résonner ce chant, composé par Prudentius au IVème siècle et harmonisé par Maxime Kovalevsky, frère du Père Eugraph.

La rencontre avec le Père Eugraph Kovalevsky

Publié le 12 décembre 2022

En 1958, le « hasard » lui fait rencontrer le Père Eugraph Kovalevsky - fondateur de l’Église Orthodoxe de France - qui deviendra par la suite son maître spirituel. Elle se reconnaît dès lors dans un christianisme vivant de la tradition orthodoxe. Le « monde divin » la reprend par la main…

Le travail d’Annick de Souzenelle : une profession… de Foi !

Publié le 12 décembre 2022

Extraits d’une interview d’Annick de Souzenelle (2012) À quand remonte votre vocation spirituelle ? À ma toute petite enfance. À l'âge de quatre ans et demi, après le divorce de mes parents, nous avons quitté la Bretagne et j'ai été envoyée en pension, dans une école catholique, à Paris. Pour la petite fille que j'étais, ce fut un véritable drame.

Lettre d’Annick de Souzenelle à l’occasion de son Centenaire

Publié le 3 novembre 2022

Mes amis, Les années s'égrènent comme un chapelet, chaque grain donnant sa musique. Mais le centième grain, cette année, va se faire très discret et je vous écris ce petit mot pour me faire pardonner sa note silencieuse. Ma fatigue l'impose. Tous, nous aurions aimé organiser une grande fête !

La lettre Qoph, de valeur 100

Publié le 4 novembre 2022

La lettre Qoph sépare et relie le transcendant et l’immanent, l’incréé et le créé. Elle fait le lien entre l’archétype et la manifestation.

Bertrand Vergely : faire de la vie une icône

Publié le 3 novembre 2022

On se demande souvent ce qu’est la réalité. On a du mal à la définir. Ce n’est pas étonnant. On croit qu’elle est une chose. On oublie qu’elle est une expérience. Par expérience, il faut entendre ce qui se passe quand on vit de l’intérieur ce qui vit. En raison des trois éléments qui la composent, cette vie vécue qui va au-delà de la vie qui passe est toujours bouleversante.