Marie, Ishah cosmique

Accueil > Interviews et articles > Marie, Ishah cosmique
février 2020

Ce que l’humanité n’a pas encore perçu

Extrait de l’article paru dans la revue « Le Chemin » N°01 Hiver 1988

 

 

La Femme est la Gloire de I’Homme

[…] La femme n’a de fondamentalement différent de l’homme que sa qualité biologique et les aspects psychologiques liés à ses affinités avec le féminin ontologique. Elle seule porte et met au monde l’enfant dans le monde extérieur. Mais l’enfant intérieur, le « Fils » divin que tout Adam est appelé à devenir dans la Ressemblance, c’est l’homme et la femme qui ont l’égale vocation de le mettre au monde, intérieurement.

 

Cette maternité essentielle est inscrite, programmée dans le nom même d’Adam : ‘adam / אדם est ’em / אם / »mère » ; il est appelé à passer des « portes » / ד /.
Une seule femme réunira en sa personne cette double maternité, biologique et ontologique : Marie.

Marie, vierge d’IsraëI, mère de Jésus – fils de l’Homme et fils de Dieu -, n’est plus dans la dualité !
Intérieur et extérieur, chez elle, sont Un. Image de Dieu, elle a conquis l’Unité en devenant son Nom, Christ en elle dans la ressemblance, et Christ à l’extérieur d’elle.

Elle est alors épousée de Dieu.
Jésus parlant de lui-même s’appellera toujours « Fils de l’Homme », alors qu’Il est né de Marie seule.

Marie est le seul Homme de l’humanité en ce sens qu’elle a tout accompli en elle, portant l’humanité à sa divinité.

Du précurseur, Jean le Baptiseur, Jésus parle en disant :

« Il est le plus grand parmi les fils de la femme. » (6)

Avant Marie, l’humanité n’a pas encore atteint à sa dimension d’Homme, elle est « femelle ».

Marie ouvre à cette dimension, mais l’humanité ne l’a pas encore perçu.

(6) Luc 7, 28